Le Figaro

L’industrie textile compte sur l’innovation

L’activité de l’industrie textile française est restée stable au premier semestre mais elle table sur une progression dans „les mois et les années à venir“, tirée par les produits techniques et l’innovation, a indiqué lundi l’Union des industries textiles (UIT). Au premier semestre 2017, le chiffre d’affaires était stable, avec une petite hausse des exportations (+1%) et des importations (+2%), selon les chiffres de l’UIT, présentés par son président Yves Dubief. „Cela marque un palier“ mais „avec des espoirs de progression tout à fait réels pour les mois et les années à venir“, a-t-il déclaré.

Pour l’ensemble de l’année 2017, le président de l’UIT s’attend à ce que la progression de l’activité soit comprise entre +0 et +1%. „Les politiques mises en place sur l’innovation (…) ont permis une prise de conscience“ et le développement de projets aujourd’hui „presque industrialisés“, a-t-il dit. „La mise sur le marché nécessite encore quelques mois, voire quelques années. Donc, ils se retrouveront dans les chiffres d’ici 2020“, a ajouté M. Dubief. En 2016, le secteur avait „bien résisté à une conjoncture morose“, a souligné la fédération professionnelle, avec un chiffre d’affaires de 13,2 milliards d’euros (contre 13 milliards en 2015).

Les exportations avaient légèrement progressé l’an dernier (8,8 milliards d’euros) tandis que les importations étaient stables (16 milliards). Le président de l’UIT a rappelé que l’industrie textile française reposait pour presque 50% sur les textiles techniques, qui restent bien orientés, contrairement au secteur mode et loisirs, selon le dernier baromètre de l’UIT réalisé au 2e trimestre. Les textiles techniques bénéficient de la dynamique de l’aéronautique, de la reprise dans le bâtiment et de la bonne tenue de la santé et de l’automobile. L’UIT continue à miser sur l’exportation, avec 10 opérations de promotion à l’international avant la fin de l’année, notamment en Egypte et en Corée du Sud.

LIRE AUSSI: 

» 

mehr lesen

Irak: 42 exécutions par pendaison

Quarante-deux personnes condamnées à mort en Irak pour „rapt“, „assassinat de forces de sécurité“, „recours à des voitures piégées“ ou à „des engins explosifs“, ont été exécutées par pendaison, a annoncé aujourd’hui le ministère de la Justice.

» Lire aussi – 

Ces exécutions ont eu lieu dans l’enceinte de la prison de Nassiriya (sud) après confirmation du verdict et sur décision du Conseil présidentiel, qui doit donner son aval, a précisé ce ministère dans un communiqué. Les familles des victimes ont pu assister à ces exécutions.

Selon l’ONG Amnesty international, l’Irak est un des pays où les exécutions sont les plus nombreuses après la Chine, l’Iran et l’Arabie Saoudite.

mehr lesen

Syrie: au moins 27 civils tués dans des raids russes

Des frappes aériennes russes ont tué aujourd’hui au moins 27 civils, dont dix enfants, dans la province syrienne d’Idlib (nord-ouest), essentiellement contrôlée par les djihadistes, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

D’après l’OSDH, il s’agit du bilan le plus lourd de morts civils dans les bombardements depuis que cette région a été désignée en mai comme l’une des „zones de désescalade“ en Syrie en vertu d’un accord entre parrains du régime, dont Moscou, et ceux de la rébellion.

LIRE AUSSI :

» 

mehr lesen

Routiers: le gouvernement va réunir patronat et syndicats

Le gouvernement va réunir jeudi le patronat et les syndicats des transporteurs routiers, a indiqué lundi la ministre des Transports Elisabeth Borne, alors que des syndicats de transporteurs ont engagé un mouvement contre la réforme du Code du travail. Le gouvernement veut notamment discuter des moyens de lutter contre „le dumping social et la concurrence déloyale“, a-t-elle déclaré sur BFMTV. „L’enjeu c’est de lutter contre le dumping social et la concurrence déloyale. C’est tout le sens de l’engagement du président de la République et du gouvernement, notamment dans le cadre de la discussion sur la directive travailleurs détachés ou sur le paquet routiers“, a-t-elle expliqué. Les routiers ne doivent pas s’inquiéter en revanche de la réforme du Code du travail, a-t-elle affirmé. Celle-ci „ne modifie pas“ le temps de travail des routiers, ni leur rémunération qui restera fixée au niveau de la branche, a ajouté la ministre.

» 

mehr lesen

Le rachat d’Air Berlin confirmé

La compagnie aérienne en difficulté Air Berlin a officialisé lundi son choix du duo Lufthansa-Easy Jet pour se partager sa flotte de 140 appareils et a tenté de rassurer ses 8.500 employés inquiets pour leur avenir. Le conseil de surveillance d’Air Berlin a décidé de se concentrer jusqu’au 12 octobre sur les offres de rachat de la compagnie allemande Lufthansa pour ses filiales Niki, LGW et d’une partie de la flotte Air Berlin, et sur celle de la compagnie britannique Easy Jet intéressée par plusieurs appareils estampillés Air Berlin. „Nous sommes en train de parvenir avec nos prétendants à un accord qui devrait offrir de bonnes perspectives à 80% de nos collègues“, a assuré dans un communiqué le patron d’Air Berlin Thomas Winkelmann, pour apaiser l’inquiétude des salariés de la compagnie insolvable, notamment les pilotes. Lâchée par son principal actionnaire, la compagnie du Golfe Etihad, Air Berlin avait engagé une procédure d’insolvabilité à la mi-août et donné à ses repreneurs potentiels un mois pour soumettre leurs offres, tout en étant secouée par une action collective de ses pilotes début septembre. Sur les offres déposées mi-septembre, plusieurs n’ont pas été retenues: celle de la holding IAG (British Airways et Iberia), qui s’était manifestée à la dernière minute, de Condor, la compagnie du groupe Thomas Cook, du champion de formule 1 Niki Lauda, et les offres distinctes de trois investisseurs privés allemands et chinois.

‚Coup allemand‘ 

Air Berlin assure ne s’être intéressé, comme le prévoit la loi, qu’à deux considérations: l’offre la plus susceptible de satisfaire ses créanciers et celle qui pourrait garantir un maximum d’emplois – sachant qu’aucun concurrent ne pourra reprendre seul la compagnie, règles anti-monopole obligent. Pourtant le géant européen des vols à bas coût, Ryanair, s’était retiré de la course début septembre, s’estimant victime d’un „coup monté“ allemand pour privilégier Lufthansa. Car le géant allemand de l’aviation est la première compagnie du pays, quand Air Berlin est la deuxième: les autres candidats à la reprise ont dénoncé une tentative d’OPA de Lufthansa sur les précieux créneaux de décollage et d’atterrissage allemands qui aurait été soutenue en coulisse par Berlin. „Les rumeurs voulant que des considérations politiques aient influencé le choix des investisseurs sont complètement absurdes“, s’est défendu l’administrateur d’insolvabilité d’Air Berlin, Lucas Flöther. Lufthansa a déclaré vouloir maintenir les 38 avions (avec équipages) qu’elle loue déjà à Air Berlin et accroitre sa flotte de 20 à 40 appareils vendus par la berlinoise. Le montant du chèque proposé par Lufthansa n’est pas confirmé par les parties, mais la presse allemande évoque une proposition de 200 millions d’euros pour reprendre les actifs et 100 millions supplémentaires pour assurer les coûts d’exploitation d’Air Berlin.

Casse-tête 

De son côté, Easy Jet n’a pas officialisé les détails de son offre, ni en terme de flotte, ni en terme d’emplois. Quant à l’importante filiale de maintenance Air Berlin Technik, son avenir fait toujours l’objet de négociations avec d’autres investisseurs potentiels, selon l’agence de presse allemande dpa. Air Berlin devra prioritairement rembourser le gouvernement allemand, qui lui a concédé en août un prêt d’urgence de 150 millions d’euros pour maintenir ses vols, théoriquement jusqu’en novembre. Depuis, la compagnie vole sur la réserve et a renoncé à la plupart de ses long-courriers. Air Berlin a aussi annoncé lundi des suppressions de liaisons locales en Allemagne à partir de la fin septembre.

LIRE AUSSI: 

» 

mehr lesen

UE: Macron va annoncer des projets-clés

Le président français Emmanuel Macron proposera demain, au lendemain des élections allemandes, une série de „projets-clés“ à l’échelle européenne ainsi qu’une méthode pour élaborer, d’ici l’été 2018, une feuille de route de l’UE sur 10 ans, ont expliqué ses services.

» Lire aussi – 

mehr lesen

Glyphosate: Générations futures réclame un „éclaircissement rapide“

L’ONG Générations futures a réclamé lundi „un éclaircissement rapide“ de la position de la France sur la question du glyphosate, relevant une „cacophonie dans le gouvernement“ au sujet de cet herbicide controversé dont l’autorisation arrive à terme fin 2017. „Il y a une cacophonie dans le gouvernement“, a souligné son directeur François Veillerette lors d’un point-presse, en citant des propos contradictoires du porte-parole du gouvernement Christophe Castaner et du Premier ministre Edouard Philippe en début de journée lundi. Dans un communiqué, Matignon a annoncé demander aux ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique de lui présenter „d’ici la fin de l’année“ un rapport sur „les conditions d’un plan de sortie“ de ce produit, „compte tenu de l’état de la recherche et des alternatives disponibles pour les agriculteurs“.

Christophe Castaner a annoncé pour sa part sur RMC et BFMTV l’interdiction en France du glyphosate d’ici la fin du quinquennat, avant de rectifier ses propos un peu plus tard en affirmant que le gouvernement s’engageait à „obtenir des progrès significatifs pour tous les pesticides“ avant 2022. „Si l’on dit +on va regarder les alternatives+, cela veut dire qu’on va continuer comme avant pendant des années alors que le règlement européen impose de faire passer la santé avant les intérêts économiques“, a commenté M. Veillerette. La Commission européenne a proposé en juin de renouveler pour 10 ans l’autorisation du glyphosate dont l’impact sur la santé fait débat, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) l’ayant classé „cancérogène probable“ en 2015 et deux agences européennes ayant estimé en 2017 qu’il ne l’était pas.

Le ministère de la Transition écologique avait affirmé le 30 août que la France voterait contre cette proposition „en raison des incertitudes qui demeurent sur sa dangerosité“. Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture avait évoqué vendredi une période de transition possible „de cinq à sept ans“. Un comité d’experts nationaux sur les questions de sécurité sanitaire doit se réunir les 5 et 6 octobre à Bruxelles et se pencher sur le glyphosate mais il n’est pas certain qu’il y aura un vote, faute de majorité qualifiée. „Quelle est la position du gouvernement sur un renouvellement du glyphosate pour 10 ans? On ne sait plus“, a lancé, au côté de Générations futures, la députée européenne écologiste Michèle Rivasi, qui demande l’interdiction du glyphosate „partout en Europe et pas seulement en France“.

LIRE AUSSI: 

» 

mehr lesen

Saisie record de médicaments contrefaits

Interpol a annoncé lundi une saisie record de 25 millions de médicaments contrefaits et interdits dans le monde, et distribués sur internet, pour un montant de plus de 51 millions de dollars. Parmi les médicaments saisis, figurent notamment des compléments alimentaires, des pilules anti-douleur, des traitements contre l’épilepsie, les troubles de l’érection, des produits nutritionnels, précise dans un communiqué l’agence de coopération policière internationale, dont le siège est à Lyon. L’opération Pangea X a été menée dans 123 pays, un nombre record, entre le 12 et le 19 septembre. Il a été procédé à quatre cents interpellations. 3.584 sites internet ont été fermés et plus de 3.000 publicités sur internet vantant des produits pharmaceutiques ont été suspendues.

Selon Interpol, Pangea X a également enqêté sur la vente illégale d’équipements médicaux, tels que des implants dentaires, des préservatifs, des seringues et du matériel chirurgical, conduisant à des saisies pour un montant de 500.000 dollars. Interpol cite dans son communiqué la participation pour la première fois de nombreux pays africains. „La vente de produits pharmaceutiques contrefaits ou faux constitue un sujet croissant de préoccupation dans le monde car elle présente un danger pour la santé de consommateurs sans méfiance qui considèrent que les médicaments sont sans risques“, dit Immanuel Sam, responsable du bureau d’Interpol en Namibie. L’opération Pangea a été lancée en 2008, avec huit pays au départ.

Interpol s’inquiète du flux croissant en dix ans de produits pharmaceutiques non autorisés ou non contrôlés sur internet. Cette tendance „met des vies en danger“, dit le directeur exécutif pour les services de police d’Interpol, Tim Morris. „Le fait que nous assistions à de tels résultats considérables après dix années d’opérations Pangea montre que la vente en ligne de médicaments interdits constitue un défi persistant et sans cesse croissant“ pour les autorités concernées, a ajouté M. Morris. Pangea X s’attache également à sensibiliser l’opinion publique sur les risques que présente l’achat de médicaments sur internet, précise Interpol.

LIRE AUSSI: 

» 

mehr lesen

Syrie/Irak: Poutine en Turquie jeudi

Le président russe Vladimir Poutine doit effectuer jeudi une visite d’un jour en Turquie pour des discussions avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan axées sur la Syrie et l’Irak, ont indiqué les deux parties aujourd’hui. L’annonce de cette visite a été faite par la présidence turque et le Kremlin après un entretien téléphonique entre les deux dirigeants.

» Lire aussi – 

mehr lesen

Chabal : «J’ai senti des gens vraiment emportés par notre projet»

A l’issue de la présentation, à huis clos, de la candidature française à l’organisation de la Coupe du monde 2023, la star du rugby français estime qu’elle a été bien perçue. «Je n’ai pas vu de larmes couler dans la salle mais, en tout cas, j’ai senti des gens vraiment emportés par ce projet, assure Sebastien Chabal. Tous les intervenants (Laporte, Flessel, Atcher, les enfants de Jonah Lomu et lui-même) ont fait ce qu’il fallait, chacun dans son domaine. En montrant la cohésion, l’union et la mixité de notre pays, il a reçu un très bon accueil. On peut dire que le boulot a été bien fait. Nous étions sereins car persuadés de l’épaisseur, de la densité et de la qualité de notre dossier, donc c’était très facile de venir le défendre.» Il refuse cependant de se prononcer sur l’issue du vote, le 15 novembre à Dublin. «Je serai soulagé que lorsque nous aurons une réponse positive.»

mehr lesen


Quelle: lefigaro.fr